Code de Déontologie

CODE DE DEONTOLOGIE

Le respect des règles du présent Code de Déontologie repose sur une réflexion éthique propre à la pratique de l’art-thérapie moderne et à la collaboration entre………………………………….. et A Main Levée.

1 Obligations générales de l’art-thérapeute

L’art-thérapeute respecte l’intégrité et les valeurs propres du participant, dans le cadre de son accompagnement thérapeutique et du processus de changement.

Dans le cadre de sa pratique professionnelle, l’art-thérapeute instaure une règle de non violence sur les personnes et sur les biens.

Comme tout praticien du soin et de l’accompagnement, il est soumis au secret professionnel dans les conditions définies par la Loi (Code Pénal). Il s’assure que toute personne travaillant avec lui respecte également les dispositions légales.

L’art-thérapeute n’use pas de sa position à des fins personnelles, de prosélytisme ou d’aliénation d’autrui. Il ne répond pas à la demande d’un tiers qui recherche un avantage illicite ou immoral, ou qui fait acte d’autorité abusive dans le recours à ses services.

Aucune séance d’art-thérapie ne peut être pratiquée sans le consentement libre et éclairé d’un participant et ce consentement peut être retiré à tout moment.

Aucun participant ne peut faire l’objet de discrimination dans l’accès à la prévention et aux soins.

L’art-thérapeute intervient en toute neutralité et s’interdit de faire part au participant, y compris s’il lui en fait la demande, de son éventuelle religion ou de ses opinions politiques dans le cadre de ses fonctions.

Le respect de la qualité des soins : L’art-thérapeute a le devoir de donner les meilleurs soins dans les limites de ses compétences et d’agir dans l’intérêt de la personne.

L’art-thérapeute ne peut en aucun cas interpréter, juger, exploiter et conserver à terme les productions conçues en séance d’art-thérapie. De fait il ne confond pas atelier d’arts-plastiques et espace art-thérapeutique et ce, quelle que soit l’art-thérapie pratiquée.

L’art-thérapeute invite le participant à s’entourer de toutes les garanties offertes par la pratique médicale et s’interdit donc toute mise en cause de cette pratique. Il doit s’assurer auprès du participant qu’il ne s’appuie pas sur un suivi en art-thérapie pour cesser un traitement médical ou des contacts avec le corps médical.

L’art-thérapeute renouvèle ses connaissances et tient compte des nouveaux développements en art-thérapie ainsi que dans les champs de connaissances annexes de l’art-thérapie afin de faire progresser constamment la qualité de son travail.

L’art-thérapeute s’assure une supervision ou un contrôle de sa pratique par un tiers qualifié, à savoir : un art-thérapeute accrédité, possédant au moins 10 ans de pratique, et/ou un clinicien formé à l’art-thérapie.

2 Obligation envers le participant

Lors de la mémorisation des données ou des productions relatives au participant, quelle qu’en soit la forme du support, l’art-thérapeute s’assure de la confidentialité de ces données.

Les productions du participant sont sa propriété, régie par le droit de la propriété intellectuelle.

L’art-thérapeute et le participant s’entendent sur le lieu de conservation des productions, pendant et après la prise en charge art-thérapeutique, en adéquation avec les objectifs de soin.

En cas d’utilisation publique des productions des participants, l’art-thérapeute recueille son consentement par accord écrit, après l’avoir correctement informé des clauses de leur utilisation.

Dans le cadre de l’art-thérapie, il ne peut y avoir d’exploitation financière des productions des participants.

L’art-thérapeute n’intervient qu’avec le consentement libre et éclairé des personnes concernées. Réciproquement, toute personne doit pouvoir s’adresser directement et librement à l’art-thérapeute.

L’art-thérapeute préserve la vie privée des personnes en garantissant le respect du secret professionnel. Il respecte le principe fondamental que nul n’est tenu de révéler quoi que ce soit sur lui-même.